Unboxing : Driver San Francisco édition collector

Les jeux de voiture ont toujours fait partie de ma vie. De souvenir, le tout premier que j’ai pu tenir entre mes petites mains était Driver sur ma PlayStation 1 suivi de peu par Midtown Madness et par le moins réussi Paris-Marseille Racing. Des jeux qui ont aujourd’hui pris pas mal la poussière mais qui m’occupaient durant des heures entière à l’époque. Ce fut notamment le cas de Driver, un jeu en open-world où l’on pouvait conduire à tombeaux ouverts dans les rues de San Francisco, New-York, Los Angeles et Miami. Le jeu comportait un mode histoire au cours duquel on devait incarner un flic as du volant infiltré au sein de la mafia. Diverses missions plus ou moins compliquées se succédaient proposant notamment des courses contre la montre et des courses poursuites. J’avoue cependant avoir peu joué au mode histoire, lui préférant largement le mode libre grâce auquel je sillonnais les villes américaines avec un émerveillement certain.

Driver ps1

Après ce premier Driver fort plaisant, j’avais économisé pour m’offrir à sa sortie Driver 2 qui ne m’avait pas déçue avec sa modélisation de la ville de la Havane, de Chicago, Las Vegas et Rio de Janeiro et surtout la possibilité de pouvoir sortir de son véhicule pour explorer les alentours à pied. Une vraie innovation à l’époque qui m’avait offert des centaines d’heures de jeu. Bien entendu, lorsque Driver 3 fut annoncé en 2004, je n’ai pas hésité une seconde à l’acquérir. Toutefois, bien que les graphismes furent très réussis et la prise en main assez plaisante, il fallait bien avouer que le jeu était un peu à la traîne face à ses concurrents. Je pense notamment à GTA San Andreas qui proposait à la même époque, un gameplay bien plus poussé et immersif.

DSCN9756

 

Mon amour pour la saga Driver venait d’en prendre un coup mais par nostalgie et par curiosité, je n’ai pu m’empêcher de m’acheter le dernier épisode de la licence, Driver San Francisco sorti en 2011 sur diverses plateformes. Et comme en grandissant mon pouvoir d’achat s’est quelque peu amélioré, j’ai craqué sur l’édition collector anglaise, la version française étant devenue difficile à trouver à un prix correct. C’est donc l’heure pour moi de vous dévoiler ce que cette édition collector a sous le capot. Attachez vos ceintures !

Driver San Francisco collector edition

Première remarque, le coffret est de petit gabarit ; à peine une vingtaine de centimètres de long pour une quinzaine de centimètres de haut. Autre constat, le collector de Driver San Francisco ne cultive pas le mystère, dévoilant au moyen d’une fenêtre translucide la pièce maîtresse de son contenu, à savoir la reproduction de la Dodge Challenger 1970 440 SixPack de Tanner.
On peut d’ailleurs apercevoir davantage le véhicule au moyen d’une autre fenêtre translucide située cette fois-ci au sommet de la boîte.

Driver San Francisco collector

Si on jette un oeil au packaging, on verra qu’un soin particulier a été apporté à la décoration. Chaque pan bénéficie en effet de jolies illustrations tandis que l’arrière du coffret sert comme bien souvent à présenter le jeu et le contenu du collector.

collector driver san francisco driver san francisco collector

Chose appréciable, le coffret peut s’ouvrir aussi bien par le haut que par le bas pour pouvoir avoir accès rapidement et facilement au contenu qui nous intéresse sans devoir nécessairement tout sortir de l’emballage.

Driver 3 san franciscoDriver San Francisco collector pack

Côté contenu, on ne pourra s’empêcher de jeter d’abord un oeil à la fameuse miniature de la Dodge de Tanner qui attire immédiatement l’attention avec sa couleur jaune criarde. Plutôt que de fournir une réplique banale, le collector nous propose une voiture à la posture dynamique, comme bondissant du bitume. Cette mise en scène est d’ailleurs appuyée par la présence d’un décor à l’effigie du célèbre Golden Gate Bridge de San Francisco au fond du coffret.
Une fois sortie de son emballage et de sa protection, la Dodge a plutôt fière allure avec ses nombreux détails et sa pose très dynamique.

Dodge driver san fransisco Dodge driver san fransisco Dodge driver san fransisco

Le niveau de finition est remarquable, les matières disposent d’un rendu très sympathique et surtout les détails ont été soignés. Ainsi, toutes les inscriptions sont présentes sur le capot, sur le moteur mais aussi sur la plaque d’immatriculation.
La pose dynamique du véhicule est accentuée par la présence d’un distributeur de journaux renversé laissant s’envoler plusieurs exemplaires du journal local. On retrouve également un socle imitant l’asphalte et intégrant également les rails du fameux Cable Car de San Francisco, ce tramway typique de la ville.

Driver 3 san francisco dodgeDodge driver san fransiscoDSCN9790

De manière très classique, on retrouvera le jeu dans son boîtier Xbox 360 accompagné de codes de téléchargements et d’un peu de publicité pour le comics et le roman tiré du jeu. Jeu Ubisoft oblige, un code d’activation Uplay est également présent. Côté contenus additionnels, on aura droit à 4 challenges supplémentaires au sein du jeu ainsi qu’à trois nouvelles voitures dont de très beaux spécimens à l’instar de Shelby Cobra et de l’Aston Martin DB5 chère à James Bond.

DSCN9807 DSCN9809

Le collector nous offre également un petit accessoire que l’on a plutôt l’habitude de voir dans des RPG ou des GTA Like puisqu’il s’agit de la map du jeu. L’intrigue se déroulant à San Francisco, on aura donc en main une très grande carte pliable de la ville Californienne sur laquelle on trouvera indiqués les emplacements des différents défis, activités et objets à collectionner du jeu. Si on est plus enclin à la déco qu’à la géographie, il suffira de retourner la carte pour disposer d’un grand poster à l’effigie du jeu.

driver collector driver poster San Francisco driver

Enfin, pour clore ce collector déjà bien fourni, Ubisoft nous propose un comic book Driver officiel. Comic book est un terme un peu exagéré puisqu’il s’agit davantage d’un livret d’à peine quinze pages. Quoi qu’il en soit, la bande-dessinée demeure très agréable à lire et dispose de très belles illustrations. Petit plus, en fin d’ouvrage, on retrouvera trois pages consacrés aux principaux protagonistes du jeu sous la forme d’artworks. Le moyen sans doute de combler la déception de ne pas voir d’artbook au sein du coffret pour les mordus d’illustrations.

comic driver driver comic book Driver san francisco comic driver comic Driver comic book

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *