Test : Assassin’s Creed Syndicate

Chaque année, la licence Assassin’s Creed revient un peu comme noël ou plutôt comme une épidémie de grippe. Eh oui, malgré des débuts fracassants, la saga d’Ubisoft a fini par lasser même les plus fidèles dont je fais indéniablement partie. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase fut Assassin’s Creed Unity et ses trop nombreux bugs. Pour autant, j’avais plutôt bien apprécié Unity dans son ensemble et ce grâce à la magnifique restitution du Paris sous la Révolution française. J’attendais beaucoup d’Assassin’s Creed Syndicate et de sa reconstitution du Londres Victorien qui constitue ma période historique fétiche. Sans doute en attendais-je un peu trop car la déception était au rendez-vous. Je vous explique tout cela.

assassin's creed syndicate jaquette

Lors de son annonce, Assassin’s Creed Syndicate nous promettait pas mal de nouveautés avec en première ligne deux personnages principaux, les jumeaux Jacob et Evie Frye. Malgré mon scepticisme au départ, j’avoue que la présence de deux héros donne un certain charme au jeu ainsi qu’un rythme plus soutenu. L’intérêt du duo réside dans leur complémentarité, Evie se spécialise en effet davantage dans l’infiltration tandis que Jacob se veut plus bourru et fonceur. La relation des deux jumeaux donnent d’ailleurs lieu à de jolies répliques et à de superbes scènes, notamment dans le DLC Jack l’éventreur au cours duquel Evie vient en aide à son frère capturé par le célèbre meurtrier londonien.

jack l'éventreur ac syndicate

Autre nouveauté, la présence d’un grappin permettant de grimper tout un haut d’un bâtiment en un clin d’oeil. Ce petit gadget s’avère très utile et permet de s’échapper plus rapidement en cas de coups durs ou bien encore de sauter d’immeubles en immeubles un peu à la façon de Spiderman.
Dernière grosse nouveauté, les courses-poursuite en calèches. Bien pratiques, ces carrioles permettent de parcourir la ville rapidement et offrent qui plus est quelques missions annexes tels que des vols et escortes de cargaisons permettant d’obtenir du matériel nécessaire à la confection de nouveaux équipements.

calèche ac syndicate

Parlons désormais de l’intrigue principale. Jacob et Evie débarque à Londres dans le but de libérer la ville du joug des templiers. A la tête de l’organisation, le terrible Crawford Starrick, un méchant au charisme incroyable et à la moustache impeccable.
Tout au long du jeu, Evie et Jacob devront libérer les différents quartiers de Londres de l’oppression du gang des Blighters. Pour ce faire, Jacob créera son propre gang, les Rooks. Ce principe de libération des quartiers est intéressant mais profondément redondants. En réalité, nombre de missions annexes s’avèrent répétitives et sans grand intérêt. Si bien que l’on progresse dans le jeu sans grand enthousiasme. Heureusement, quelques missions principales et secondaires relèvent le niveau. C’est notamment le cas des missions d’assassinat qui se montrent très réussies. Il est en effet possible lors de ces missions d’appréhender l’assassinat sous différents angles, on pourra ainsi profiter de diverses opportunités telles que de dérober des clés pour accéder plus facilement à la cible, enlever un gardien pour qu’il nous mène à la cible ou bien se faire aider par un allié.

crawford starrick ac syndicate

Les possesseurs du jeu sur PS4 auront accès à 10 missions supplémentaires exclusives, les Dreadful Crimes, autrement dit des enquêtes policières visant à élucider des meurtres. Ces phases d’enquête, déjà présente dans Unity, se montrent bien plus passionnantes que dans l’opus précédent et ce grâce à une nouvelle visualisation des indices en vision d’aigle. Une fois la vision d’aigle activée, on pourra avoir accès à diverses informations précieuses pour résoudre l’affaire à l’instar d’une trajectoire de balle ou des traces prouvant le passage d’une calèche à proximité de la scène de crimes. Chacune des affaires s’avère d’ailleurs passionnante et mène au fin du compte à une conclusion étonnante.

crimes ac syndicate

J’aimerais également souligner la qualité du DLC Jack l’éventreur. Aucun jeu se situant dans le Londres Victorien ne peut occulter ce mystérieux meurtrier qui fascine toujours autant et AC Syndicate l’a bien compris en faisant du fameux Jack un personnage central. En réalité, ce DLC prend pour cadre le Londres de la fin du 19ème siècle, 20 ans après les événements dépeints dans Syndicate. Evie revient des Indes pour venir en aide à son frère, capturé par le redoutable Jack l’éventreur, un meurtrier pas vraiment inconnu auprès de la confrérie des assassins. On incarne donc successivement Jack et Evie dans un jeu du chat et de la souris.

ac syndicate dreadful crimes

Pour atteindre Jack, Evie devra remonter sa piste, interroger quelques suspects mais également assassiner pas mal de monde. Le DLC est donc l’occasion de remettre en scène Evie dans un Londres sombre et sinistre, en proie à la terreur de l’éventreur. Le séjour d’Evie dans les Indes a laissé quelques traces et l’assassin peut désormais employer de nouvelles armes et aptitudes. Miss Frye sera en effet désormais capable d’inspirer la peur à ses ennemis au moyen de bombes phobiques et de pointes indiennes. Des armes et outils qu’emploie également Jack. En somme, le DLC ne se contente pas de proposer des missions supplémentaires mais propose une vraie histoire annexe dans un univers quelque peu changé. En tout, il faudra compter environ 3h d’aventures supplémentaires voire davantage si l’on prend le temps de tout explorer et de tout terminer à 100%.

syndicate asassin creed

Malgré des qualités indéniables, Assassin’s Creed Syndicate demeure bien en-deçà du potentiel de la licence. Pour tout vous dire, il m’a été fastidieux de terminer le jeu. Il m’a fallut pas mal d’heures de jeu avant de commencer à réellement apprécier le titre et c’est bien regrettable puisque celui-ci possède pas mal de bons côtés. Espérons que le prochain épisode de la saga, qui sortira en 2017, saura faire mieux.

Note : 14/20

Les +

  • Reconstitution précise et réaliste du Londres victorien
  • Possibilité de switcher entre Evie et Jacob
  • Un méchant charismatique
  • Le grappin
  • Des phases d’enquête passionnantes
  • Les assassinats bien mis en scène
  • Le DLC Jack l’éventreur

Les –

  • Boss de fin un peu facile
  • Missions assez répétitives
  • Scénario bancal
  • Des bugs, toujours des bugs-*

2 thoughts on “Test : Assassin’s Creed Syndicate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *