Qu’est-ce qu’un gamer ? L’élitisme dans le jeu vidéo

Qu’est-ce qu’un gamer ? Il peut sembler idiot et sans grand intérêt de se poser une telle question. Et pourtant, il y a peu, j’ai pris conscience du débat houleux qui entourait cette dénomination. Je m’explique. Il y a quelques jours de cela, j’ai écrit un tweet quelque peu maladroit dans lequel je me permettais de porter un jugement négatif sur mes collègues de travail qui se revendiquent comme étant des « gamers ». Pour remettre les propos dans leur contexte, sachez que les collègues dont je vous parle sont ce qu’on peut appeler des joueurs occasionnels. Ils aiment se détendre et s’amuser de temps à autres sur une partie de Fifa ou de Call of Duty sans chercher à découvrir d’autres jeux ou  à s’intéresser davantage au milieu vidéoludique.

clichés jeux video

Etant personnellement une grande passionnée de jeux vidéo, j’ai sans doute éprouvé une forme de déception en découvrant que mes collègues ne partageaient pas le même amour que moi pour les pixels et ai aussitôt exprimé ma frustration dans ce tweet :

Suite à ce tweet, j’ai remarqué que mes propos avaient suscité pas mal de réactions et que plusieurs opinions divergeaient sur le sujet. Certains sont allés dans mon sens, s’offusquant même encore davantage que moi du manque de culture vidéoludique de mes collègues, tandis que d’autres au contraire ont fermement condamné mes propos en me taclant d’élitiste et d’esprit étroit. Très rapidement, j’ai compris que ce second camp était dans le vrai.
En postant ceci, j’ai fait preuve d’une arrogance et d’une étroitesse d’esprit indigne de celle que je suis. Pour cela, je tiens à présenter mes excuses et ai décidé d’élargir le débat autour de cet article.

Quel sens donner au mot « gamer » ?

Dans mon esprit, le mot « gamer » a toujours fait référence à des passionnés de jeux vidéo, à ceux qui possèdent une bonne culture dans ce domaine et qui jouent à de nombreux titres sans se contenter d’un ou deux jeux. J’assimilais un peu ce terme à celui de cinéphile qui désigne un passionné de cinéma. Allez savoir pourquoi, ces deux termes étaient pour moi associés à une forme de passion inconditionnelle mais aussi de cercle fermé, si bien que les joueurs dits occasionnels ne rentraient pas, à mon sens, dans le cercle des dits « gamers ».  Toutefois, après réflexion, qui suis-je pour me permettre de dire qui peut se revendiquer passionné ou non passionné, gamer ou non gamer ? Qu’est-ce qui définit au juste un passionné ou un gamer ? N’est-ce pas seulement quelqu’un qui apprécie le jeu vidéo, que ce soit de façon occasionnelle ou plus régulière ?

e-sport academy

Un cercle fermé

En réalité, lorsque l’on gravite dans un milieu rempli de passionnés et de fervents adorateurs d’un domaine quel qu’il soit, on en vient vite à penser que l’on fait partie d’une petite communauté où tout le monde n’a pas sa place. Ceux et celles qui présentent une culture vidéoludique modeste ou nulle sont automatiquement qualifiés de « faux gamers » et sont fustigés et dénigrés par ceux qui se considèrent comme de « vrais passionnés de jeux vidéo ».
Ce petit monde fermé laisse vite place au mépris et à l’élitisme envers ceux qui ne pratiquent pas le jeu vidéo de façon passionnel. C’est un piège dans lequel je suis moi aussi tombée.

Le débat est ouvert !

Le débat reste donc ouvert. Qui peut-on réellement qualifier de gamer et qui ne mérite pas ce sobriquet ? C’est en réalité une question difficile à répondre tant les réponses varieront en fonction de ceux à qui on la pose.
Un gamer est-il un joueur passionné ou juste un joueur, quel qu’il soit et quel que soit son intérêt pour le monde du jeu vidéo ?

collec polo

Dans tous les cas, cette histoire m’aura appris une chose, personne n’a le droit de déconsidérer quelqu’un juste parce que ce dernier ne porte pas le même amour pour son domaine de prédilection. Oui, le monde des gamers est un monde dur, souvent élitiste et rempli d’esprits étroits. Aujourd’hui, ce monde là compte un esprit étroit de moins, le mien.

4 thoughts on “Qu’est-ce qu’un gamer ? L’élitisme dans le jeu vidéo

  1. J’ai également vu ton tweet qu’on m’a envoyé par MP suite à mon article sur les « fake geek girl » où je parle de l’élitisme des hommes dans le milieu et du bashing de certaines femmes entres elles. C’est vrai que c’était maladroit comme tweet, mais avouons-le, qui n’a jamais jugé quelqu’un par rapport à ses jeux. Moi même quand j’entends des gens dire qu’ils sont fan de FPS et qu’ils jouent sur console dans mon fort intérieur je ne peux m’empêcher de me dire que quand même… FPS et console ne font pas bon ménage. Je n’aime pas faire ça, mais c’est mon élitisme de PCiste qui parle avant tout (et on sait tous comme les joueurs PC sont dans leurs petits monde bien eux… C’est dingue.)
    En sois le terme gamer ne veut dire que joueur. Et en quoi un fan de Fifa ou CoD ne peut-il pas faire parti de cette secte très fermé? Lui aussi est passionné? Faut-il que le jeu ne soit pas « casu » pour y entrer? Alors les personnes qui jouent en facile ne le sont pas non plus…
    La vrai question, c’est surtout pourquoi veut-on toujours mettre les gens dans des petites cases et pourquoi se définir en tant que « real gamer » est aussi hype?
    Enfin bref, tant de question qui resteront en suspens puisque chacun a sa propre définission du terme… Mais tant que les mentalités ne changerons et j’espère qu’elles changeront bientôt… Les choses ne bougeront pas. Et c’est bien triste. C’est pour ça qu’on passe pour des pignoufs de première catégorie dans les médias (ce qui s’est passé hier avec cette môme de 16 ans sur internet en est un bien triste exemple.)

  2. Ton tweet initial n’avait rien d’offensant ou de condescendant, a mon avis. Certaines réponses en revanche m’ont fait tiquer.
    C’est compliqué de parler encore geek ou gamer de nos jours, tant la technologie est présente autour de nous, ainsi que le jeu. Si dans ma famille, des personnes de 60+ ans jouent plusieurs heures par jour sur Facebook, sont-ils geeks ? Gamers ? Le terme n’a plus grand sens.

    Dans le milieu professionnel, je suis d’ailleurs bien contente que des mécanismes de jeu commencent a apparaître, pour susciter l’intérêt des usagers d’un produit ou d’un service.

    Je dérive un peu du sujet initial, puisque j’avais réagi avec humour a ton tweet en citant les « fake geek boys ». Certaines réactions prouvent bien qu’il n’y a pas que les femmes qui sont catégorisées et stigmatisées, et que ces débats hommes/femmes dans le JV n’ont pas de sens.

  3. Des excuses, carrément ? Que ton tweet ait été mal formulé, c’est une chose, que ça mérite des excuses, c’est est une autre. Je suis assez d’accord quand tu dis que le gamer est aux jeux vidéo ce que le cinéphile est au cinéma. Alors il n’y a pas à dénigrer un joueur parce qu’il joue uniquement à Fifa, par contre, c’est exagéré de sa part de se définir comme gamer dans ce cas (c’est comme les gens qui se qualifient de geeks alors qu’ils passent juste du temps sur FB).
    De toute façon, je n’aime pas l’idée de se placer soi-même des étiquettes. On n’est pas ce qu’on dit être, on est ce qu’on fait :/

  4. Le terme gamer c’est à peu près aussi vague que geek. Chacun le voit à sa manière, du coup plus on est restrictif sur la définition et plus on peut paraître « extrémiste » sur sa façon de cataloguer les gens.

    A la base, je pense que c’est surtout une histoire de passion ; le gamer est un « geek des jeux vidéo » et c’est naturel en croisant quelqu’un qui semble moins passionné de se dire qu’il ou elle n’est pas tant gamer/gameuse que ça. Mais au final ce n’est pas important, l’important c’est l’intérêt que l’on porte à sa propre passion et le plaisir que cela apporte. Je sais que je continuerais à m’éclater sur des jeux vidéo lorsque le terme gamer sera dépassé tout comme je serais toujours passionné de science-fiction, de fantasy, de jeux de carte et bien d’autres..

    En fait, le terme gamer correspond simplement au degré de ma propre passion pour les jeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *