Portrait de collectionneur : Antistar

Gestionnaire de communauté sur Jeuxvideo.com, blogueur à ses heures sur Antistar.fr et twittos invétéré, le fameux renard blagueur de JVCOM m’a fait l’honneur de répondre à quelques questions pour évoquer son amour du jeu vidéo et nous présenter sa collection.
Ce grand passionné de jeux vidéo, détenteur de plusieurs records mondiaux et d’un titre de champion du monde sur Super Mario Kart (Snes) en 2013, possède en effet une impressionnante collection essentiellement axée sur l’univers Nintendo mais aussi focalisée sur quelques licences qui lui tiennent à coeur.

KODAK Digital Still Camera

Antistar, je te souhaite la bienvenue sur le Blackstorm Museum. Avant de commencer, pourrais-tu te présenter brièvement ?

Bien sûr ! Je m’appelle Guillaume, j’ai 31 ans (le temps passe trop vite), et je travaille chez jeuxvideo.com (rien que ça), et j’aime les parenthèses (ah bon ?). Et puis bon j’aime les jeux vidéo aussi (AH BON ?). Je vis à Reims où j’entrepose actuellement toute une collection à laquelle j’admets avoir du mal à donner une direction vraiment définitive, mais que j’ai au moins la chance de pouvoir exposer dans son intégralité.

Collection jeu vidéo antistar

Tu possèdes une très impressionnante collection jeux vidéo. Comment t’es venue l’envie de collectionner ?

Je dirais que c’est venu au début des années 2000, quand j’ai commencé à avoir mes propres « revenus » avec l’argent de poche de mes parents, et les premières brocantes faites en leur compagnie dans un véritable but de me trouver des jeux vidéo et produits dérivés Mario. Le fait d’avoir déjà une base de collection non négligeable grâce au fait d’avoir conservé l’essentiel des jeux et consoles que je possédais étant gamin a dû aider.

Collection Nintendo

Ta collection tourne principalement autour de Nintendo et notamment de Mario, pourquoi ?

Eh bien, je dirais que ça s’est fait en deux temps : d’abord parce que tout a commencé par là, tout simplement. Mon premier jeu vidéo était Super Mario Bros., avec la NES comme première console, j’ai même gardé ce pack complet que je possède donc depuis un quart de siècle désormais, et j’ai grandi quasi exclusivement avec Mario et ses aventures sur NES, Super NES et Game Boy. Ensuite, quand je suis « revenu » à mes premières amours après une infidélité (ratée à l’époque) du côté de chez PlayStation, j’ai eu deux monstrueux coups de cœur avec cinq ans de retard : Yoshi’s Island et Mario 64. C’est à ce moment que j’ai commencé à bosser sur mon site Mario Museum, j’allais donc un peu faire un inventaire de ma collection Mario, et ça a coïncidé avec mon vrai « début » dans les brocantes que j’évoquais juste avant… la logique à donner à ma collection s’imposait d’elle-même. J’ai cependant mis un accent particulier, il est vrai, sur Nintendo, vu que j’aimais énormément Zelda également (et ça a empiré avec le temps), ainsi que des licences comme Metroid, Kirby, F-Zero ou Starfox. Une collection majoritairement axée sur cette marque avait donc un certain sens.

Collection Super Nintendo

Quelles sont les objets / jeux de ta collection dont tu es le plus fier ?

Pfiou, y en a un sacré paquet ! Ça va de la Super Nintendo restée entièrement neuve dans sa boîte, à certains kits presse, en passant par des goodies rares et anciens comme un mug Zelda de 1989, ou encore un Final Fantasy VI Advance PAL dédicacé par Nobuo Uematsu… j’ai vraiment du mal à en faire ressortir un petit nombre. Je sais juste que les quelques fantasmes de collectionneur principaux que j’ai encore n’ont pas été assouvis pour le moment, mais qu’à coup sûr, ils pourraient permettre de désigner une « pièce maîtresse » parmi tout ce que je possède.

Collection Zelda

Quelles sont les licences gaming que tu affectionnes le plus ?

En premier lieu, Zelda et Mario, clairement. Aussi bien côté jeu que collection, d’ailleurs ! Je fais plus que de simples « full sets » sur ces séries, même si Zelda a vraiment pris le dessus depuis quelques années. C’est devenu davantage la licence de collection « adulte » dans ma vie de joueur et de collectionneur. Après, j’aurais tendance à dire que Uncharted et Assassin’s Creed, côté séries récentes, ont pris une sacrée place ces dernières années. Sans parler de GTA, qui est une licence que j’adore et que je n’ai vraiment pas assez creusée niveau collection. En-dehors de GTA IV dont j’ai le collector et le guide, et de GTA V dont j’ai… à peu près tout, je me contente d’avoir la majorité des titres de la série, même s’il me manque un peu, et c’est déjà pas mal. Après, d’une manière générale, il y a beaucoup de séries que j’aime bien et dont j’essaie d’avoir tous les titres, dont quelques raretés ou collector de temps en temps : Metroid, Kirby, Resident Evil, Tomb Raider, et même Final Fantasy, Castlevania ou Metal Gear alors que je n’y ai pourtant quasiment pas joué (au moins, j’ai la matière pour m’y mettre). Sinon, il y a aussi des jeux « à part » qui m’ont énormément marqué et sur lesquels je suis prêt à avoir à peu près tout et n’importe quoi, comme The Last of Us ou plus récemment Persona 5.

Zelda collection

Collection Uncharted

En dehors du gaming, tu as d’autres centres d’intérêt sur lesquels tu rassembles aussi de très belles pièces de collection. Peux-tu nous en parler davantage ?

J’ai en effet une grosse collection musicale, possédant plusieurs centaines de vinyles et tout autant de CD, d’artistes divers et variés, dont certains que j’ai choisi de collectionner tout particulièrement jusqu’à avoir des éditions limitées en CD et surtout en vinyle, comme Guns N’ Roses, Metallica, Queen ou Oasis. Mais c’est du côté de Nirvana que se trouve ma collection la plus particulière, où je possède de très nombreuses éditions de chaque single et album sorti, plus des promos, EPs, compilations ou coffrets en tous genres, des raretés jamais sorties, sur tous les formats possibles : CD, vinyle, cassette audio, VHS, DVD, LaserDisc, blu-ray… et même des formats plus exotiques tels le mini CD 3″ ou la Compact Cassette. Nirvana est et restera mon groupe culte, auquel j’ai dédié une collection très spécifique et que j’ai emmenée franchement très loin, peut-être trop (c’est pour cette collection que j’ai dépensé mes sommes les plus élevées !), surtout que finalement, je n’ai plus autant de gens avec qui la partager qu’à l’époque où je l’alimentais régulièrement. Mais j’y suis terriblement attaché, possède énormément de très grosses raretés extrêmement convoitées par de nombreux fans, et je me dis parfois que j’aurais pu la pousser encore plus loin si je n’avais pas choisi de m’orienter sur le jeu vidéo… ou inversement !

collection Nirvanacollection musique Nirvana

Quel est ton meilleur souvenir de joueur ?

J’en ai tellement ! Cela peut être lié à l’émotion, au frisson, au soulagement, à la découverte, l’émerveillement… je ne peux en citer un seul. Je m’attarderai quand même sur ma découverte de l’intro de Yoshi’s Island, qui m’a littéralement réduit en larmes pour des raisons assez personnelles, et la fin de Link’s Awakening pour le même type d’émotion. Et je me sens obligé de citer mon « apothéose » personnelle en tant que joueur de haut niveau sur Super Mario Kart, l’un des jeux principaux de mon enfance, lorsque j’ai atteint mon titre de champion du monde en 2013 dessus. Sinon, je peux citer le sentiment d’accomplissement très fort ressenti à travers des jeux qui m’ont soit donné envie d’explorer un nouveau genre, soit totalement empêché de me faire d’autres titres du style tant ils m’avaient conquis, au-dessus de tous ceux auxquels ils pourraient être comparés à mes yeux : GTA IV, Max Payne 3, The Last of Us, Breath of the Wild ou Persona 5. Des jeux dont l’expérience de bout en bout pourrait constituer un « meilleur souvenir » tout court. Bon, c’est super difficile comme question en fait !

Collection jeux video Antistar

Si tu ne pouvais garder que trois objets dans toute ta collection, lesquels choisirais-tu ?

Alors là, c’est pas difficile, c’est juste impossible. Je sais juste que je ne me séparerai jamais de mon pack Super Nintendo à l’effigie de Super Mario Kart, vu qu’en plus d’être très rare, il me permet de jouer à ce jeu qui est celui sur lequel j’ai passé le plus d’heures de ma vie, et qu’enfin j’en ai fait dédicacer la console par des dizaines de joueurs au talent plus ou moins exceptionnel rencontrés au fil des années, venus du monde entier (de l’Europe à l’Australie en passant par le Japon, le Brésil et les États-Unis). Ça, c’est sûr. Mais alors deux autres… c’est beaucoup trop dur.

Collection zelda antistar

As-tu un dernier petit mot à ajouter ?

Une collection c’est un truc personnel, limite du fétichisme, et personne n’a vraiment son mot à dire sur les choix que l’on fait pour l’organiser et la faire vivre. C’est une sorte d’expression de nous-même, qui traduit pas mal certains aspects de notre personnalité, et qu’il ne faut pas trop essayer de changer ; c’est à nous d’en définir l’orientation, la logique, et de choisir de la faire gonfler, de la réduire ou d’y mettre fin. Mais surtout, ce qui compte le plus, c’est qu’elle nous plaise et qu’on en soit fier. C’est là aussi un reflet de ce qu’on est : si on se plaît, on plaira davantage aux autres. Si on aime sa collection et qu’on sait la mettre en avant, elle sera appréciée, et de fait, encore plus agréable à partager !collection AntistarCollec JV Collection Nintendo Collec Nintendo Antistar Collection collector JV Collection Uncharted

2 thoughts on “Portrait de collectionneur : Antistar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *