5 manies de collectionneur

Dans l’univers de la collection jeu vidéo on croise tout type d’individus et d’énergumènes. Quand certains s’avèrent être de simples acheteurs compulsifs, d’autres se révèlent être des collectionneurs précautionneux n’achetant que rarement mais sélectionnant avec minutie leur acquisition. De même, lorsque certains se contrefichent de l’état de l’objet qu’ils acquièrent d’autres y regardent à deux fois avant de franchir le cap. Il y a également ceux qui ne craquent que sur les produits qu’ils savent rares et donc chers et au contraire ceux qui se jettent sur les prix les plus bas parce que ce sont de bonnes affaires potentielles. Bref, vous l’aurez compris, dans ce monde un peu à part on croise de tout et c’est bien cela qui rend cet univers intéressant. Quoi qu’il en soit, aussi différents soient-ils, ces collectionneurs partagent souvent de mêmes manies, des habitudes parfois un peu étranges ou exagérées. En voici quelques unes.

couv retro

1/ Tout garder sous blister

Pour un collectionneur, le blister c’est le Saint-Graal, le petit truc en plus qui fait briller les yeux et palpiter les coeurs. Pourtant, je n’ai jamais bien compris l’intérêt de vouloir tout conserver sous blister. Certes, il est parfois intéressant de garder un jeu sous cellophane si l’on est certain de ne jamais y jouer, si on le possède déjà ou bien si l’on est décidé à faire grimper la cote de sa collection. Toutefois, cela reste éminemment frustrant de ne pas pouvoir déballer sa nouvelle acquisition. Cela est d’autant plus vrai pour les éditions collector qui recèlent de petits objets et goodies en tout genre. Quelle frustration ce serait de devoir se contenter d’observer le contenu à travers les unboxing d’autres personnes ou pire encore, de ne jamais savoir ce qu’il renferme. Ce serait comme laisser un cadeau offert à Noël intact, encore dans son paquet cadeau sans jamais l’ouvrir. Un concept qui semble ne pas freiner de nombreux collectionneurs qui entendent ainsi posséder des pièces encore plus convoitées et donc collector.

jeu sous blisterblister ps2

2/ Avoir le même jeu en 6 versions différentes

Quand on est collectionneur, on apprend à avoir l’oeil aiguisé pour repérer même de loin les titres que l’on recherche désespérément ou déceler le point de différence existant entre plusieurs versions d’un même jeu. Cet oeil expert va parfois jusqu’à détecter un infime détail, un logo, un nom ou même une mention légale qui diffère légèrement d’une version à l’autre. Et dans ce cas, hors de question de choisir l’une ou l’autre des versions, on emporte les deux. C’est ainsi qu’un collectionneur peut se retrouver avec un même jeu en plusieurs exemplaires mais pas question de se séparer de l’une d’entre elles puisqu’elles ont chacune leurs spécificités… combien même ce ne serait qu’un petit détail insignifiant pour le reste de l’humanité.

Il y a également ceux qui affectionnent tellement un jeu qu’ils ne peuvent s’empêcher de l’acheter sous toutes ses formes possibles ; version simple, édition GOTY, édition collector et même éditions multiplateforme. Une manie que je possède moi même puisque je dois posséder Skyrim, l’un de mes jeux fétiches, en 5 exemplaires différents. Et l’idée de me séparer ne serait-ce que de l’une d’entre elles me donne des frissons.

Skyrim edition premium

3/ N’acheter que des jeux munis de leur notice

Le souci du détail est ce qui caractérise le mieux un collectionneur. Nombre d’entre eux ont d’ailleurs le sens du détail si poussé qu’ils leur est tout simplement inconcevable d’acheter des jeux ou des consoles qui ne possèdent pas absolument tous leurs éléments d’origine. Pas question donc d’acheter un jeu dont la notice serait manquante. Une petite manie assez étrange puisque l’on sait très bien que moins de 5% des joueurs consultent ce petit manuel. Pourtant, sa présence demeure indispensable pour les collectionneurs qui entendent ainsi posséder un objet complet et donc plus précieux. Une obsession que j’ai toujours trouvé assez étrange puisque l’absence de cette notice ne gêne en rien l’utilisation du jeu ni son rangement ou son exposition. Il en va autrement bien entendu pour l’absence du boîtier d’origine.

notices gameboy

4/ Exécrer les éditions Platinum et rééditions en tout genre

Un collectionneur est souvent un être très minutieux et surtout très tatillon. Hors de question par exemple pour un amateur de bande-dessinée de posséder un album de Tintin au Congo qui ne soit pas une édition originale certifiée. Il en va de même pour les collectionneurs de jeux qui rechignent bien souvent à acquérir les fameuses éditions Platinum, Essentials et autres Edition des joueurs. Il est vrai que ces rééditions n’ont pas tout à fait la même valeur marchande que les éditions originales et que ces rééditions sont toujours accompagnées d’un packaging assez vilain mais là encore ce ne sont rien d’autre que des préoccupations esthétiques puisque le jeu reste identique à sa version originale. Quand je vous dis que les collectionneurs sont tatillons.

éditions platinum ps2

5/ Dépenser des fortunes pour un jeu

Collectionner c’est un loisir extrêmement chronophage mais aussi souvent coûteux car qui dit collection dit objets rares. Le marché du jeu vidéo en est témoin, la cote de certains titres affolent les compteurs et il n’est pas évident pour les collectionneurs aux revenus modestes de les acquérir. Toutefois, certains collectionneurs n’hésitent pas à débourser des sommes assez ahurissantes pour obtenir un jeu, une console et parfois même de simples notices ou boîtes vides. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un oeil aux enchères eBay sur lesquelles on trouve des notices de jeux GameBoy pour 5€ pièce ou encore le manuel du célèbre Zelda a link to the past à 50€ ! Des prix plutôt élevés pour de simples bouts de papier qui ne serviront qu’à compléter la boîte d’un jeu. De même, certains collectionneurs ne rechignent pas à saigner un peu leur salaire pour obtenir l’objet, le jeu que personne ou presque ne possède. On a ainsi déjà vu des jeux partir à plusieurs milliers d’euros… de la folie pure et dure car même si la collection est une passion dévorante, il faut savoir rester raisonnable et veiller à ce que sa passion ne conduise pas à la banqueroute.

2 thoughts on “5 manies de collectionneur

  1. très bon article. C’est vrai qu’en tant que collectionneur on a tous des manies bien particulières qu’il n’est pas toujours évident de combattre! Pour ma part effectivement je déteste les éditions platinum & consort même si j’en ai quelques unes dans ma collection. J’ai même failli racheter le jeu dans sa version originale mais mon portefeuille (et ma femme surtout) m’en ont dissuadé!
    Comme toi par contre je n’ai jamais compris la manie de tout garder sous blister. Les seuls jeux qui le sont encore dans ma collection sont ceux qui sont en attente d’être joué, afin de conserver le plaisir du déballage avec le plaisir de la découverte du jeu.

  2. Excellent article, je me suis vu dans bien des points et c’est vrai que la « collectionïte aiguë » est chronophage et surtout très coûteuse, ma banquière me le rappelle tous les jours lol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *