Ma collection GameGear

Si ma carrière de gameuse a réellement débuté avec la PlayStation 1, c’est avec la GameGear que j’ai pu découvrir pour la première fois les jeux-vidéo. Lors des repas de famille je voyais toujours mon cousin jouer avec sa console et j’avoue avoir éprouvé une folle jalousie en voyant danser les pixels sur l’écran, en entendant la musique envoûtante de Sonic et en le voyant s’acharner sur les touches. Je n’avais qu’une envie, jouer à mon tour. Hélas, il m’étais interdit d’y toucher et j’avais tout juste le droit de le regarder jouer durant des heures. Ce fut une époque à la fois frustrante et excitante car je venais tout juste de tomber amoureuse des jeux vidéo. Un amour interdit en quelque sorte qui ne s’est jamais estompé avec le temps.

DSCN6320

Ce n’est finalement que 16 ans plus tard que j’ai enfin pu réellement mettre la main sur une GameGear en en acquérant une pour ma collection personnelle. Mais force est de constater que cette console portable a plutôt mal vieilli. La résolution de l’écran est affreuse et peut vite conduire à de sérieux mal de crâne, les dimensions de la machine sont gigantesques et assez peu pratiques et surtout la console s’avère extrêmement gourmande en piles pour peu d’autonomie. Il faut en effet six piles LR6 pour seulement 4 petites heures d’autonomie, un vrai gouffre énergétique ! Fort heureusement il existe des adaptateurs permettant de brancher directement la console à une prise.DSCN6334

Quoi qu’il en soit, cette console pas si nomade que ça fut un véritable échec pour Sega qui espérait venir concurrencer la très populaire GameBoy. En plus de tous ses défauts majeurs, la GameGear était proposée à un prix presque deux fois plus important que celui de son concurrent, pas de quoi faire craquer les gamers de l’époque. Cependant, il s’agissait de l’une des premières console portables à disposer d’un écran rétro-éclairé bien avant que Nintendo ne sorte ses GameBoy Color et GameBoy Advance SP, un avantage certain qui n’aura pas suffit à faire de la GameGear un best seller.

Aujourd’hui, la GameGear est une console peu commune que l’on retrouve de temps à autre sur les étales des brocantes et vide-greniers. Les prix varient du simple au double selon l’état de la machine mais en général pour une GameGear en bon état de fonctionnement avec son, image et cache piles présents il faudra compter une quarantaine d’euros. Quant aux jeux ils s’avèrent également difficiles à dénicher, surtout en boîte. Quelques enseignes de revendeurs et de boutiques de type cash en proposent quelque fois à des prix très variables. De 2 à 10€ la cartouche selon le titre. Certains partent à des tarifs bien plus élevés en raison de leur rareté. Toutefois, avec un peu de patience et de recherche on pourra se constituer une solide petite ludothèque sur GameGear.

DSCN6338

Il faut dire que malgré ses défauts, la console disposait d’un solide catalogue de jeux, pour la plupart adapté de la Master System. On pouvait par exemple retrouver les célèbres Road Rash, Streets of Rage et bien entendu les Sonic. Ma collection personnelle regroupe quelques uns des titres les plus populaires de la console tels que les jeux Disney le Roi Lion, Castle of Illusion, Land of Illusion mais aussi Shinobi, Batman Returns et Prince of Persia.

DSCN6344

Malgré ses nombreux défauts et sa voracité pour les piles, la GameGear reste une console incontournable pour de nombreux gamers qui pardonneront bien vite ses imperfections en retrouvant avec bonheur et migraine les jeux de leur enfance. Pour ma part, elle tient naturellement une place toute particulière dans ma collection car c’est avec elle que tout a commencé… ou presque.

DSCN6351 DSCN6354 DSCN6358DSCN6365

2 thoughts on “Ma collection GameGear

  1. Très chouette article sur une console que je connais très mal.
    Je n’y ai jamais joué mais tu m’as donné envie d’en avoir une dans ma collection.

    En tout cas, c’est toujours un réel plaisir de découvrir ton musée qui en ferait baver plus d’un (j’en fais partie :D)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *