Le syndrome du chercheur d’or

Par bien des aspects, être collectionneur de jeux vidéo peut s’apparenter à être chercheur d’or. A l’instar des prospecteurs d’or qui ont notamment prospéré aux Etats-Unis au 19ème et au début du 20ème siècle, le collectionneur vidéoludique est animé d’une passion dévorante, presque d’une frénésie à l’idée de chercher, de dénicher une pépite d’or.
Sans relâche, le collectionneur sillonne vide-greniers, brocantes, sites internet, forums, boutiques et autres plateformes de vente dans l’espoir de trouver ce dont il rêve tant sans avoir à se ruiner. Je fais partie de ces nouveaux « chercheurs d’or » et plus le temps passe, plus je prends conscience de l’importance de cette phase de recherche, souvent bien plus exaltante que la phase d’acquisition ou de possession de l’objet tant recherché.

syndrome chercheur d'or

Un peu à la manière de Nathan Drake dans Uncharted, quand un collectionneur se met en quête d’un objet, il s’enthousiasme, s’enflamme et s’investit souvent corps et âme. Il passe des heures à fouiner en brocante ou en magasin, à éplucher les annonces des sites marchands, bref, à tenter de trouver LA bonne affaire qui lui permettra enfin d’accéder à son Graal. Et comme Nathan Drake, la phase de recherche du fameux trésor est bien exaltante et passionnante qu’une fois le butin découvert et acquis. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les films, fictions littéraires et autres jeux mettent quasiment exclusivement en scène cette phase de chasse au trésor. Baser une intrigue sur un trésor déjà découvert ou facile à trouver s’avère tout de même nettement moins attirant et vendeur.


La fièvre de l’or, c’est finalement ça ; ce sentiment d’ivresse, cet enthousiasme à l’idée d’enfin pouvoir toucher du bout des doigts son rêve de collectionneur. C’est un peu comme si on s’apprêtait à réaliser son rêve ultime. On s’impatiente, on s’extasie, on s’enflamme et puis lorsque enfin il est concrétisé, l’émotion redescend et on ressent presque comme un vide. Il faut alors se remettre en quête d’un nouveau rêve, d’un nouvel objectif qui va agir comme un véritable moteur dans notre existence pour nous donner un but à accomplir.

Pour ma part, ce que j’appelle le « syndrôme du chercheur d’or » se manifeste très clairement chez moi. Je ressens un plaisir certain à chercher l’objet rare, à tomber dessus de manière fortuite ou après une longue période de traque, et finalement, une fois l’objet en ma possession, cette chose que j’ai tant désirée perd finalement un peu de son aura.
En fin de compte, l’intérêt de collectionner ne réside-t-il pas plus dans le fait de chercher, d’investiguer et de dénicher la perle rare que de posséder et d’avoir ?

antharus collection zelda

Nombreux sont les collectionneurs à choisir de se séparer de leur collection une fois le sentiment d’avoir atteint leur objectif final. Je pense notamment à des fullsetteurs qui une fois être parvenus à réunir l’ensemble des jeux sortis sur une plateforme, ne trouvent plus d’intérêt ou de plaisir à collectionner et préfèrent se lancer dans un autre défi, réaliser un full set sur une autre plateforme, ou en viennent carrément à se séparer de cette collection dans laquelle ils ont investi tellement de temps, d’énergie et d’argent.

Cette chasse au trésor, cette recherche passionnée et effrénée est en définitive le véritable moteur du collectionneur. Cette pulsion peut parfois se transformer en une véritable obsession, voire devenir une addiction à la trouvaille miraculeuse.
En somme, le collectionneur c’est un peu un aventurier nouvelle génération. Il ne part pas à l’autre bout du monde affronter de terribles dangers pour trouver le trésor perdu d’une civilisation disparue, mais il est animé de cette même folie, de cette même passion qui le pousse à chercher frénétiquement ce jeu oublié des âges, ce titre rare et précieux qui viendra donner plus d’éclat encore à sa salle aux trésors.

Uncharted™ 4: A Thief’s End_20160519105709

5 thoughts on “Le syndrome du chercheur d’or

  1. Sur le fond je suis totalement d’accord. Dans le fait de partir en collection, le plaisir c’est souvent la recherche plutôt que l’objet. Tu as raison, une collection c’est une dynamique dans laquelle le fait de rechercher une pièce est un moteur de la passion. Mais par exemple, pour moi, le fait de trouver un « sens » pour associer différents objets, comme tous les RPG par exemple, ou tout les jeux de basket dans mon cas, les livres de poésie, ou de SF, ou encore les items en lien avec tel ou tel héros, etc. c’est un vrai plaisir. Dit autrement chiner des objets à l’instinct et ensuite essayer de comprendre pourquoi ce sont des objets qui nous parlent.

    Et puis poursuivre une collection c’est aussi un plaisir parce que ça nous permet de faire de recherches et d’apprendre des choses et de rencontrer des personnes, des choses qui selon moi sont un peu différente de l’obsession du chercheur d’or.

    Mais la vraie petite critique que je pourrais avoir avec ce syndrome c’est son nom. Le chercheur d’or cherche rarement de l’or pour le plaisir de posséder une belle pépite, il cherche de belles et grosses pépites pour les revendre et avoir plein de dollars. Et je ne suis pas sûr que tous les collectionneurs sont forcément dans cette démarche. Je n’ai rien contre ceux qui revendent des pièces, je le fais aussi, c’est juste que j’ai peur de syndrome du chercheur d’or ça soit un peu ambiguë comme nom. Peut-être que chercheur de trésor c’est un peu moins connoté.

    En même temps je rédige ce commentaire mais je tombe de sommeil, je dis peut-être n’importe quoi, dans ce cas désolé 🙂

  2. Exactement dans le même état d’esprit. J’ai cherché pendant des années Tombi sur PS1 car j’avais adoré la démo qui était fournie dans PlayStation Magazine (je crois ?), et je l’ai enfin trouvé dans un magasin style Cash Converters pour 50 centimes il y a 3/4 ans. Je l’ai cherché depuis 2008 environ quand j’ai commencé une petite collection, et finalement une fois trouvé bah … plus rien. Donc je confirme bien ton ressenti, la quête vaut mieux que le résultat ! Maintenant que j’ai tous les jeux que je voulais, je ne m’y intéresse quasiment plus. Je suis content de les posséder, mais j’en viens parfois à me demander si je ne vais pas les vendre pour passer à autre chose…

  3. Je n’ai que peu vu de « chercheur d’or », bcp de collectionneur ratisse les vg, c’est un fait sur 100 pseudo collectionneur tu en a peu etre un qui est un véritable collectionneur
    Le coup du full set faut arrêter, beaucoup font un full set, pour le revendre et se faire de la tune derriere ( psvita, wii u, etc)
    comme par exemple timo du site Holdies, qui pour lui sa collection est un placement retraite !(cf une interview)
    et beaucoup sont comme lui … mon reve ? que le retro se casse la gueule !

    et la je me pose la question de la passion d’aller en vide grenier a par trouver du mario, zelda, pokemon pour les revendre le lendemain .. et cela s’appelle des collectionneurs ? lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *