Disc Rot, la tragédie du collectionneur

Il y a peu, j’ai lu un article sur les Inrocks dont le titre était à la fois surprenant et terrifiant, « votre collection de cd est en train de pourrir, lentement mais sûrement ». Dans ce papier signé Juliette Geenens, j’ai découvert le phénomène du disc rot, un phénomène que je connaissais pour l’avoir déjà rencontré mais auquel je n’avais jamais donné de nom. Il s’agit en fait de la dégradation des supports CD dans le temps. Ce « pourrissement » progressif des disques est en fait dû à un défaut de conception. L’article précise en effet que le grand coupable n’est autre que la colle utilisée pour souder les deux faces d’un disque. Les nombreux produits chimiques employés par les usines seraient aussi fautifs.

Résultat de recherche d'images pour "disc rot"

Retarder l’inévitable

En lisant l’article, j’ai très vite compris que ce problème n’était pas uniquement présent dans le monde de la musique mais aussi dans toutes les collections comprenant des supports CD et DVD et par conséquent également dans le monde de la collection jeux vidéo. C’est à ce moment précis que la question de la pérennité d’une collection m’est véritablement apparue. Jamais auparavant je n’avais songé à ce problème pourtant bien présent de la préservation et de la sauvegarde des jeux de ma collection. Hélas, l’article des Inrocks ne laisse que peu d’espoir de pouvoir conserver des jeux lisibles et en bon état avec le temps puisque je cite « Le majeur problème du « disc rot » est son caractère irrévocable ». Autrement dit, il n’existe à l’heure actuelle aucun moyen de lutter contre cette dégradation et aucune restauration d’un disque touché par le phénomène n’est possible.

playstation 1 collection cyril2.0

Pourtant, quelques mesures de précaution permettent de garantir une plus longue durée de vie de ses jeux et disques. D’abord, il faut éviter à tout prix de laisser en contact les CD avec la lumière du soleil qui a tendance à accélérer la dégradation. Il convient donc naturellement de toujours bien ranger ses jeux dans leur boîte et de les stocker à l’abri de la lumière mais aussi de l’humidité et de la chaleur. Idéalement, pour qu’une collection persiste dans le temps, il faudra qu’elle soit en permanence exposée à une température ambiante correcte, ni trop froide, ni trop élevée. Des conditions qui semblent en théorie simples et naturelles à mettre en place mais qui ne sont en fait qu’un moyen de retarder l’inévitable.

Une tragédie moderne

Je dois bien avouer que l’article a été pour moi une sorte d’électrochoc. Je voyais déjà l’ensemble de mes jeux pourrir, devenir illisibles et rendre ma collection complètement obsolète. Pourtant, mon but en collectionnant est aussi et surtout de préserver une partie de l’histoire du jeu vidéo ainsi qu’une partie de mon histoire personnelle. Néanmoins, mieux vaut se faire à l’idée qu’un jour, tout ce que j’ai acquis, construis, classé et archivé finira par s’autodétruire à petit feu et par ne plus avoir le moindre sens.

mgs platinum

C’est une tragédie moderne et technologique puisqu’après tout, chaque machine ou appareil finit par devenir inutilisable, oxydé ou dysfonctionnel avant d’être remplacé par des outils plus récents et plus avancés. Qu’en sera-t-il de nos bons vieux jeux en format physique ? Sont-ils destinés à pourrir lentement mais sûrement eux aussi ? Tout est éphémère et une fois encore, la vie nous le prouve d’une façon cruelle. Peut être aurait-il mieux fallut collectionner les cartes postales, les timbres, les fèves ou les capsules de champagne ?

2 thoughts on “Disc Rot, la tragédie du collectionneur

  1. C’est complétement flippant de se dire que toute une collection peut ainsi perdre sa valeur.. D’après ce que j’ai trouvé sur le net, le temps estimé avant de commencer à « pourrir » est très variable selon le support :
    – Seulement 5-10 ans pour les CD-R et CD-RW vierges;
    – Jusqu’à 30 ans pour les DVD-RW ;
    – Entre 20 et 100 ans pour les CD-RWs enregistrés et les DVD-R
    – Potentiellement jusqu’à 200 ans pour les CD-R enregistrés et Blu-Ray

    Je suppose que ces chiffres varient beaucoup selon la conservation évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *