Critique the Sixth Gun – tome 1 de mes doigts morts

Mêler western et fantastique, voilà un pari osé mais si alléchant. Si on a déjà pu croiser quelques zombies et éléments fantastiques dans le très bon jeu vidéo Red Dead Redemption Undead Nightmare et dans le non moins excellent roman de Wayne Barrow, Bloodsilver, où des vampires conquièrent l’ouest américain, le milieu du comics et de la bande-dessinée fait souvent peu honneur au croisement entre horreur, fantastique et western. C’est bien dommage car l’alliance de ces différents univers fait franchement bon ménage comme nous le prouve le premier tome de The Sixth Gun. 

DSCN4987

Signé par Cullen Bunn et Brian Hurtt, ce récit plonge le lecteur dans l’Amérique des cow-boys, des chasseurs de primes et des pistoleros. A cela s’ajoute quelques zombies, malédictions et autres créatures mystérieuses. L’intrigue principale tourne d’ailleurs autour de six revolvers maudits qui pourraient bien changer la face du monde si ils tombaient entre les mauvaises mains.
Un convoi d’hommes bien angoissants est d’ailleurs en marche pour récupérer ces artefacts damnés et se montrent prêts à tout pour mettre la main sur ces fameuses armes.

DSCN5059

Il s’agit en réalité des six mercenaires du général Oleander Hume qui s’apprête à revenir d’entre les morts pour assouvir sa vengeance. Face à lui se dresse Drake Sinclair, un anti-héros au passé sombre et aux intentions floues qui fera tout pour freiner les plans du terrible Hume.
Dans sa quête, il pourra compter sur Becky Montcrief, héritière malgré elle de l’un de ses maudits revolvers qui disposent chacun d’un pouvoir à part entière. L’un peut par exemple attiser les flammes de l’enfer tandis qu’un autre pourra asservir les tués en une armée de vils serviteurs.

DSCN5123

Semant la mort et le chaos sur leur chemin, Hume et Sinclair s’affrontent tout au long de l’aventure dans des combats souvent épiques. L’action est perpétuelle, ne faiblit jamais, les personnages sont charismatiques, mention spéciale d’ailleurs pour le général Hume qui remporte haut la main la palme sur super vilain le plus charismatique.
Le dessin est joliment réalisé sans être époustouflant tandis que le scénario se rapproche véritablement des gros blockbusters américains. Bref, une production qui devrait ravir les fans de western et de fantastique.

Jusqu’à la fin de l’année 2014, le premier tome est proposé à 10€ en offre de lancement. Une belle occasion de découvrir cette belle pépite en attendant le tome 2 !

DSCN5167

DSCN5168

DSCN5176

DSCN5177

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *