Critique film : l’ombre du mal

Edgar Allan Poe fait partie de mes auteurs fétiches. C’est avec ce grand écrivain américain que j’ai connu mes premiers frissons de lecture et c’est avec lui également que l’envie d’écrire m’est venue et m’est restée. Bref, je dois beaucoup à cet auteur dont la vie me passionne. Aussi, lorsque j’ai découvert qu’un film autour de son histoire était en cours de réalisation, je me suis tout de suite intéressée au projet. A force de voir le projet retardé, j’avais finalement un peu mis de côté le film pour finalement l’occulter complètement. Ce n’est que tout récemment que je suis retombée sur ce long-métrage intitulé « L’Ombre du Mal » en DVD. Je n’en attendais finalement plus grand chose mais la curiosité de voir un film tiré de la vie du célèbre écrivain américain fut plus forte. Découvrez donc dès à présent mon avis sur l’Ombre du Mal.

poe l'ombre du mal

Passé relativement inaperçu en France, l’Ombre du Mal retrace les derniers jours de l’existence d’Edgar Poe. Il faut rappeler que la mort de l’écrivain demeure assez mystérieuse. L’auteur du fameux poème Le Corbeau fut en effet retrouvé hagard dans les rues de Baltimore le 3 octobre 1849. Il décédera le 7 octobre. La cause de la mort ne fut jamais véritablement établie, laissant ainsi courir de nombreuses légendes. L’Ombre du Mal exploite cette histoire pour tisser une trame rocambolesque autour de la vie de Poe et de son oeuvre. Le film débute par un meurtre mais pas n’importe lequel, il s’agit en effet d’un double meurtre opéré à l’intérieur d’une pièce à la porte scellée et à la fenêtre condamnée. Un épais mystère qui n’est pas sans rappeler la nouvelle d’Edgar Poe « Double assassinat dans la rue morgue ». Le tueur s’est effectivement directement inspiré de l’oeuvre de Poe et ce dernier devient très vite le suspect idéal. Une série de meurtres, tous inspirés de nouvelles et de récits de l’auteur, suivront poussant les enquêteurs à faire appel à l’écrivain pour les épauler.
Hélas, le tueur s’empare de la bien-aimée de Poe et contraint ce dernier à se livrer à un jeu macabre. Une course contre la montre s’instaure et Poe devra lutter contre cette ombre du mal qui pourrait bien le faire sombrer dans la folie.

ombre du mal film

Si la trame principale s’avère assez peu originale, on ne compte plus en effet les séries et films mettant en scène des tueurs inspirés par des écrivains, L’Ombre du Mal demeure somme toute assez plaisant à suivre grâce à des scènes d’action rythmées et des personnages fouillés. Le Baltimore du 19ème siècle est qui plus est superbement restitué tandis que la direction artistique propose une ambiance sombre, quasiment gothique qui colle parfaitement au personnage de Poe ainsi qu’à son oeuvre.
Parlons d’ailleurs du personnage de Poe. Orphelin à l’âge de 3 ans, il est recueilli par une riche famille de Virginie. Il y passera une grande partie de sa jeunesse avant de contracter des dettes de jeu. Il sera également renvoyé de West Point avant de travailler pour divers journaux. Il connaîtra un modeste succès suite à la parution de son poème Le Corbeau mais la drogue et l’alcool le feront toujours plonger dans la mélancolie et la déchéance. Côté amour, Poe se marie avec sa cousine Virginia âgée de seulement 13 ans. Elle sera l’amour de sa vie mais décédera de la tuberculose en 1845. Il perdra toutes les femmes qu’il aimera au cours de sa vie et connaîtra la misère pratiquement toute sa vie. Un tel personnage a tout du poète maudit, de l’artiste incompris dont les tourments sont aussi éternels qu’impénétrables.

ombre du mal the raven

J’ai toujours imaginé Poe comme un être sombre, tourmenté et affreusement renfrogné. Pourtant, dans l’Ombre du Mal, John Cusack campe un écrivain vaniteux, rêveur et un peu dandy. Après tout, qui peut réellement savoir comment était Poe ? On sait qu’il avait une certaine addiction à l’alcool et à la drogue mais on ignore tout de ses traits de personnalités les plus profonds. Quoi qu’il en soit, le Poe de Cusack s’avère plutôt attachant avec son sarcasme et son égocentrisme troublé. La ressemblance physique entre l’auteur et l’acteur est d’ailleurs plutôt troublante.
Le casting demeure d’ailleurs assez prestigieux avec notamment Luke Evans, Brendan Gleeson et Alice Eve. Aux commandes, on retrouve James McTeigue le réalisateur de V pour Vendetta et de Ninja Assassin pour son troisième film.

ombre du mal

Sympathique divertissement, l’Ombre du Mal propose une mise en scène impeccable et une direction artistique léchée, de quoi ravir les amateurs de films d’époque et les amoureux d’univers macabres à la Edgar Allan Poe sans pour autant satisfaire pleinement les vrais fans de l’écrivain.

La bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *