Collectionneurs d’hypocrisie

Dans le monde des collectionneurs vidéoludiques, certains sujets s’avèrent plus épineux que d’autres. Celui de la revente est sans doute le plus délicat d’entre eux. Si je l’ai déjà évoqué dans un autre article intitulé « Revendre ses jeux, le tabou ultime« , j’aimerais approfondir ma réflexion autour de cette thématique ô combien polémique.

Revendre jeux video

La haine du revendeur

Il existe à mes yeux une forme d’hypocrisie assez insupportable autour de cette notion de revente de jeux ou de matériels vidéoludiques. Une imposture qui est accompagnée d’une haine quasi viscérale envers tous ceux qui osent proclamer publiquement s’adonner à cette pratique.
Je connais d’ailleurs, à titre personnel, des collectionneurs qui haïssent infiniment toutes personnes dont ils savent qu’elles pratiquent la revente, y compris de façon occasionnelle ou exceptionnelle. J’avoue ne pas comprendre cette hostilité quasi instinctive et primaire.
D’une manière générale, tous les collectionneurs ont en horreur ceux que l’on appelle des « revendeurs« . Il faut toutefois, à mon sens, faire le distinguo entre revendeurs professionnels ou opportunistes, à savoir ceux qui ne sont pas véritablement collectionneurs et qui ne font que profiter des cotations du marché pour réaliser du profit, et les revendeurs collectionneurs ou occasionnels, ceux qui revendent pour financer des achats dans leur collection ou qui cherchent à se séparer de certaines pièces.

couv retro

Par ailleurs, on oublie trop souvent que revente n’est pas toujours synonymes de bénéfices. Car une chose est sûre, ce sont les acheteurs qui définissent les cotations et les prix du marché et nullement l’inverse. Je pars du principe que lorsqu’un jeu est vendu c’est que le prix proposé convient aux deux parties, acheteur comme vendeur. Il est vrai que certains revendeurs abusent largement sur leurs prix, ajoutant ainsi à la méfiance et à l’animosité ambiante. Cependant, il n’est pas rare également de dénicher de vraies bonnes affaires sur les stands ou sur les annonces internet de revendeurs honnêtes qui proposent des tarifs corrects et des marges de négociation plutôt larges.

Vide-greniers, enfer et paradis du collectionneur

Cette haine du revendeur, je l’ai souvent constatée en vide-grenier ou chaque personne achetant des jeux vidéo au nez et à la barbe d’un autre collectionneur devient systématiquement un « salaud de ratisseur« . Certes, certains chineurs ne sont là que dans l’idée de trouver matière à revendre mais d’autres cherchent réellement à dénicher de nouveaux trésors pour leur collection tout en gardant un œil sur les opportunités d’objets à revendre. Pour être entièrement transparente avec vous, c’est typiquement mon cas. Lorsque je suis en brocante, je cherche avant tout à acheter pour ma collection personnelle, toutefois j’estime qu’il n’y a rien de honteux à saisir une opportunité de pouvoir dégager un petit bénéfice pour rembourser une partie ou la totalité de mes achats mais aussi mes frais d’essence.

Revente videogames

Le bon et le mauvais collectionneur

Hélas, dans ce milieu, un collectionneur qui échange est un bon collectionneur tandis qu’un collectionneur qui revend n’est qu’un misérable. Mais le fait est que trouver un autre collectionneur prêt à réaliser un échange équitable et proposant des objets intéressants à échanger reste complexe, bien plus que de trouver un acheteur.

La revente est une pratique stigmatisée, diabolisée parce qu’elle est liée à une notion de bénéfices et donc d’argent. On ne le sait que trop bien, en France règne une vrai mépris envers la réussite financière. Cette même animosité envers le profit est également omniprésente dans le monde videoludique.

La chose qui m’exaspère sans doute le plus est cette hypocrisie intolérable qui règne justement sur ces milieux vide-greniers et brocantes ; les lieux où les bonnes affaires et les occasions de revente sont les plus fréquentes. Car la plupart de ceux qui estiment que tout autre acheteur de jeu vidéo est forcément un « ratisseur » sont bien souvent les premiers à revendre eux-mêmes et à acheter essentiellement dans ce but. J’ai pu le constater à plusieurs reprises. J’ai en effet connu beaucoup de chineurs qui ne conservaient rien de ce qu’ils pouvaient acheter et revendaient tout mais estimaient que ceux qui faisaient cela étaient méprisables … L’hypocrisie sous sa forme la plus pure.

collector jeux video

Régulièrement, je me demande si ces jugements hâtifs envers les autres chineurs de jeux vidéo ne sont pas tout simplement le reflet d’une forme de jalousie. Il est toujours difficile de voir qu’un « concurrent » a pu dénicher des objets recherchés avec de la valeur ou ayant une certaine rareté alors que ces mêmes objets auraient pu rejoindre notre propre collection ou nous permettre de rembourser largement tous nos achats vidéoludiques du mois.

La revente, part essentielle de la vie et du fonctionnement d’une collection

Quoi qu’il en soit, revendre est, à mon sens, une part essentielle à toute collection quelle qu’elle soit. Une collection est toujours amenée à s’enrichir mais aussi à s’épurer. Lorsqu’un collectionneur se sépare de pièces de sa collection, il est tout de même bien rare que ces dernières soient jetées à la poubelle, offertes ou vendues très en dessous de leur valeur.
Par définition, un collectionneur connaît les prix pratiqués, les cotations et les estimations de ses objets. Ces notions de valeurs, de montants et d’argent sont omniprésentes dans le milieu de la collection, n’en déplaise à certains. Cela ne signifie pas pour autant qu’un collectionneur revendant quelques objets lui appartenant va forcément gonfler les prix. D’ailleurs, les collectionneurs revendant des objets bien en-dessous de leur cote officielle ne sont jamais inquiétés ou visés par des jugements ou critiques. En revanche, si un collectionneur cherche à vendre un objet au prix de son estimation ou même légèrement en dessous, il passera à coup sûr pour un opportuniste et un spéculateur.

Zelda collection

Collectionner, un loisir onéreux

Ne nous leurrons pas, le collectionneur est tout à fait conscient de la valeur des objets qu’il accumule, et ces objets peuvent parfois être revendus dans des cas de nécessité. La revente n’est en effet pas pratiquée que pour faire du profit, c’est bien souvent le moyen de financer des projets, de rembourser ses autres achats ou de combler un déficit.
Collectionner le jeu vidéo est un loisir onéreux qui nécessite souvent de débourser de belles sommes pour pouvoir s’offrir le jeu de ses rêves. Tout le monde ne peut pas se permettre de collectionner sans avoir recours à ce moyen de financement finalement tout à fait légitime qu’est la revente d’ailleurs légitimé par des sites spécialisés dans la revente de produits d’occasion ouverts aux particuliers (Priceminister, Ebay, Le Bon Coin, …). Il en va de même bien sûr pour les enseignes physiques telles que Cash Express, Cash Converters ou encore Happy Cash.

J’estime par ailleurs que tout collectionneur quel qu’il soit, a toujours eu recours au moins une fois à la revente et surtout à l’achat d’occasion auprès de ces mêmes revendeurs, consciemment ou non. Sans la revente, le marché de la collection et de l’occasion aurait bien triste mine avec des annonces majoritairement proposées par des professionnels du secteur. Qu’on se le dise, la revente est une pratique essentielle à la vie et au bon fonctionnement d’un microcosme comme celui-ci.

revente-jeux
Après tout, personne ne s’indigne dans les autres milieux de collection qu’il puisse exister des revendeurs. Je n’ai, à ma connaissance, jamais connu de philatélistes ou de numismates venir se plaindre ou critiquer les professionnels ou amateurs revendant timbres et pièces de collection. Cette hypocrisie semble tout à fait caractéristique du monde vidéoludique, sans doute est-ce due à l’immaturité de sa communauté et à son attrait auprès des néophytes, attirés par les effets de mode tel que le retrogaming et la promesse de gains faciles.

Une collection a une valeur, sentimentale d’abord mais aussi et surtout financière. Cela n’est pas évident pour tout le monde d’accepter cela, mais soyons honnêtes envers nous-mêmes et le reste de cette communauté. Cessons d’être des collectionneurs d’hypocrisie.

4 thoughts on “Collectionneurs d’hypocrisie

  1. « j’estime qu’il n’y a rien de honteux à saisir une opportunité de pouvoir dégager un petit bénéfice pour rembourser une partie ou la totalité de mes achats mais aussi mes frais d’essence. »
    tout ce que je méprise. sale spéculateur. (et ce quelque soit l’objet en question)

  2. Excellent article à lire,

    On est dans un milieu hypocrite, personne ne veut assumer d’acheter pour revendre plus chère.
    Aujourd’hui il devient de plus en plus difficile de trouver certains titres sans mettre la main au portefeuille surtout si on souhaite l’avoir dans un état irréprochable

    Pour citer un exemple, il m’arrive de regarder certaines vidéos « vides grenier » et dans la dernière visionnée, le YouTubeur à eu la (mal)chance de loupé les 2 advance Warren boîte sur gba. En s’adressant à ces abonnés, il dit que les jeux trouvés par cette personne sont faux car ne ressemblant aucunement aux exemplaires qu’il possède. Mon œil aguerri a surtout remarqué qu’il s’agissait de versions US qui en effet ne ressemblent pas tellement à nos version française du moins sur certains coloris de la boîte, surtout qu’on voit bien le logo de l’ESRB (équivalent PEGI mais pour le marché américain) sur la boîte.

    Y’a pas à dire, mais les jeux vidéo et surtout la collection, c’est un marché de batard et personne veut assumer quoi que ce soit

    Ne soyez pas jaloux des uns et des autres, ne jouez pas à celui qui a la plus grosse.
    Bref, jouer, collectionner et faites vous plaisir car n’oublions pas que ce sont quand même des jeux avant d’etre des placements .

  3. Joli petit article.
    Mais il manque quelques facettes.
    Que pensez-vous des collectionneurs qui vont tout faire pour diminuer le prix de vente déjà très très bas parce qu’en face de lui il a une mamie qui n’y connait rien ou un enfant ??? (Jeu game cube à 3€ et collectionneur qui va le vouloir pour 1€…)
    Puis que pensez-vous des collectionneurs qui se ventent d’ajouter un objet à leur collection mais qui le vendent 15min plus tard sur ebay, le bon coin etc etc etc ???

    Sinon très bel article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *